Comédie des Champs-Élysées

Image Alternative text

VIKTOR VINCENT Les liens invisibles

Dans ce seul en scène, Viktor nous raconte. Tout commence par le récit de 3 histoires incroyables, celle d’un paysan ukrainien du XIXe siècle foudroyé 23 fois, celle d’une femme de New York qui retrouve en 2001 à 3 000 km de chez elle un livre lui ayant appartenu lorsqu’elle était enfant, et celle d’un groupe d’étudiants qui, en 1954, échappe à un terrible accident par leur retard simultané à une réunion.

Tous ces événements avérés ne peuvent être le fruit du simple hasard, d’une simple coïncidence. Peut être sont-ils les signes que nos destins sont liés les uns aux autres, à travers le temps et l’espace : Einstein, Méliès, Houdin mais aussi ce professeur qui nous a marqué et dont nous avons oublié le nom, notre premier amour, cette chanson que nous écoutions en boucle, cette ville où nous nous sommes ennuyés en vacances avec nos parents, notre propre existence, tout semble se combiner parfaitement et vibrer selon la même logique, celle des chemins de l’existence.

A l’instar du nouveau cirque, « Les liens invisibles » est un spectacle d’illusions d’un nouveau genre. Par un mélange sobre de projections vidéo, de mentalisme, de conte, de musique et d’effets spéciaux, il a pour but d’offrir une dimension de partage inégalée, de faire vivre des sensations nouvelles, celles de perdre pied, celles d’être mystifié et emporté.

Nous souhaitons un spectacle accessible offrant plusieurs degrés de lecture et de compréhension afin que des plus jeunes aux plus vieux, chacun y trouve son compte. Ainsi le mystère et le divertissement se tutoient sans complexe, l’humour est présent sans occulter le merveilleux et les expériences divertissent autant qu’elles interrogent. Avons-nous un destin ? Une route toute tracée à laquelle nous ne pouvons échapper ? Ou au contraire tout n’est-il que hasard ? Sommes-nous des électrons libres d’agir ? Nous nous sommes tous posés ces questions qui impliquent une sorte de vertige quelqu’en soit la réponse. Ainsi « Les liens invisibles » aborde de manière ludique et détournée de grandes théories, de celle du chaos à celle du déterminisme, de la notion de libre arbitre au principe de causalité.